Noir sur blanc

Au commencement, il y a le texte. Puissant, fort et poétique. Cette histoire d’amour familial vue à travers les yeux de ce petit-fils nous touche profondément et nous renvoie à nos propres histoires.

Mais rapidement, le spectateur sent bien que quelque chose de sous-jacent ne lui est pas expliqué, qu’il se trame autre chose « alors que le courant d’air glacé de l’histoire [pénètre] par tous les pores de [sa] peau ».

Sur scène, un plateau de bois, noir, offre un terrain de jeu à l’enfant et au comédien qui l’incarne : celui-ci va illustrer son récit avec des tasseaux de bois, construisant tantôt une tour, tantôt des routes ou des rails. Ainsi, presque sans s’en apercevoir, le spectateur va assister à la construction lente mais inéluctable, d’un moment déroutant : une histoire d’amour qui s’ancre à une autre, pleine de barbarie.

A côté de ce plateau, un musicien va nous guider, nous envelopper de sa douce musique et de sa voix aérienne pour éviter que la pesanteur ne nous fasse tomber.

Dans un échange complice entre la musique et le texte, entre le comédien et le chanteur, le spectateur vivra un moment d’exception : le combat de l’Amour contre la noirceur de l’âme.

Une expérience unique qui vous marquera.

Noir sur blanc.

NSB diff site

Ecriture // Nathalie M’DELA MOUNIER

Mise en scène // Camille SAGLIO & Emmanuel LAMBERT

Musicien // Camille SAGLIO

Comédien // Emmanuel LAMBERT

Création lumière // Pierre Crasnier